A propos d'un vermifuge et du traitement de certains cancers

- Posted in Français by

Différentes stratégies face au cancer

L’annonce d’un pronostic très sombre entraîne un sentiment d’extrême urgence qui bouscule toutes les priorités habituelles. Depuis qu’internet est arrivé dans nos vies à la fin des années 90, il s’est créé des sites dédiés aux patients atteints d’un cancer et plus récemment des groupes de soutien sur Facebook.

Nombre de groupes essayent de promouvoir, parfois avec l’aide de médecins, une façon de se soigner « plus naturelle », que ce soit au moyen de plantes, de médecines exotiques ou d’actes magiques et religieux. Cependant ces groupes ne sont qu'un exutoire psychologique, et ils n’offrent aucune chance raisonnable de retarder un décès par rapport à la médecine classique.

Cependant il y a des patients qui sont diagnostiqués avec un cancer en phase IV sans espoir de vivre plus de quelques mois, mais qui sont intelligents, éduqués, aisés et plein d’énergies. Ces patients forment des groupes de soutien très actifs qui scrutent toutes les innovations en matière de lutte contre le cancer. Un de leur buts est d'arriver à manager leur cancer (à défaut de pouvoir le traiter), ceci sans rejeter les traitements médicaux.

Ces groupes analysent la littérature scientifique les concernant, bien qu'ils n'ont souvent aucune formation en médecine ou en biologie. L’archétype de ces personnes est probablement Ben Williams, professeur de littérature qui a été diagnostiqué en 1995 d’un glioblastome, opéré d’une tumeur de la taille d’une orange, et qui s’est composé un protocole spécifique. 23 ans plus tard, Ben Williams maintenant âgé de 73 ans, est toujours libre de glioblastome.

Ces groupes ont fait de l'activisme auprès des chercheurs et des protocoles comme CUSP9 bien qu’issus de la recherche ont leurs origines dans ces groupes. Ces groupes promeuvent aussi la réaffectation de médicaments, dont les médicaments vétérinaires, pour entraîner une réduction considérable du temps et des coûts nécessaires au développement et à l’obtention d’autorisation de mise sur le marché de nouveaux médicaments.

Réaffectation de médicaments

CUSP9 et d’autres protocoles reprennent l’idée de la multi-thérapie qui a si bien réussie contre le HIV. Cependant les médicaments qui composent ces multi-thérapies sont tout aussi dangereux que ceux utilisés pour une chimiothérapie classique, et ils peuvent aussi entraîner des troubles mentaux graves.

Dans ces groupes il est aussi souvent recommandé l’usage de vermifuges, parfois de vermifuges pour animaux domestiques. En effet certains vermifuges pour humains ou d’autres produits comme l’acide dichloroacétique, ont été retirés du marché juste après qu’on leur avait trouvé des propriétés anti-cancéreuses, et cela a pu intriguer nombre de patients observateurs.

Le produit qui nous intéresse aujourd’hui est le Fenbendazole. C’est un vermifuge pour animaux domestiques, que l’on trouve facilement en france.

Le fenbendazole et la recherche contre le cancer

Le fenbendazole connaît actuellement une certaine renommée dans ces groupes de lutte contre le cancer car un patient, Joe Tippens, assure qu’il l’a guéri d’un cancer du poumon métastasé assortit d’un pronostic d’une espérance de vie de quelques mois.

Des scientifiques ont publié une étude dans Nature à propos des propriétés anti-cancéreuse du fenbendazole.

Les agents qui perturbent la dynamique des microtubules des cellules (l’équivalent pour les cellules des os de notre squelette) ont été largement utilisés dans le traitement du cancer. L’importance des microtubules dans la division cellulaire, la motilité, le trafic intracellulaire et leur rôle dans la modulation de la forme cellulaire en fonction de l’environnement en font l’une des cibles les plus efficaces du traitement anticancéreux. Compte tenu du succès relatif des agents mitotiques dans le traitement du cancer, les microtubules peuvent être qualifiés de l'une des meilleures cibles du cancer identifiées jusqu’à présent. Les agents de ciblage des microtubules peuvent être classés en deux grandes catégories. La perturbation de la dynamique de la tubuline et des microtubules par ces deux classes de médicaments dans les cellules en cours division entraîne l’arrêt de la métaphase et l’induction de l’apoptose, la mort de la cellule. L'efficacité des agents de ciblage des microtubules est souvent affectée par les mécanismes de résistance aux médicaments.

Des agents plus récents présentant une efficacité, une tolérabilité et une capacité améliorée, même partielle, pourraient revêtir une grande importance.

Comment le Fenbendazole agirait?

Le fenbendazole est un agent ciblant les microtubules, qui provoque un arrêt mitotique suivi de la mort des cellules cancéreuses.Le fenbendazole possède une capacité unique à induire l’expression du gène p53 à un niveau considérablement élevé. Cette protéine p53 est en quelque sorte l’agent de contrôle de qualité du cycle de vie de la cellule.

Le fénbendazole est un anthelminthique (un vermifuge) à large spectre approuvé pour une utilisation chez de nombreuses espèces animales. Le fenbendazole a une marge de sécurité élevée et la plupart des espèces le tolèrent très bien. Il présente un degré de toxicité très faible et un degré de sécurité élevé.

La présente étude révéle une élévation et une stabilisation précoces des taux de cycline B1 en réponse à la fenbendazole, indiquant une progression précoce des cellules vers la mort cellulaire plutôt que la sortie mitotique et la polyploïdie comme pour les médicaments de chimiothérapie utilisés actuellement.

Globalement, les résultats montrent une perturbation des microtubules, une stabilisation de p53 et une interférence avec le métabolisme du glucose en tant que mécanismes sous-jacents collectifs de l’élimination préférentielle des cellules cancéreuses in vitro et in vivo qui est induite par la fenbendazole.

Le mode opératoire de l'étude

Après divers travaux préliminaires sur des cellules in-vitro, les chercheurs ont examiné l'activité thérapeutique de Fenbendazole in vivo en administrant des doses orales à des souris nues portant des xénogreffes A549. Des souris athymiques nu/nu femelles (une variété mutante de souris au système immunitaire inhibé) ont été xénogreffées avec des cellules A549 et les souris qui étaient porteuses de tumeurs (2 à 3 mm) ont été nourries avec du fenbendazole (1 mg/ ouris) par voie orale tous les deux jours pendant 12 jours. Au bout de 12 jours, les tumeurs ont été excisées, mesurées et pesées. L'administration de Fenbendazole a entraîné une réduction marquée de la taille et du poids de la tumeur. En outre, la vascularisation de la tumeur a été quantifiée chez les souris témoins et chez celles traitées avec du fenbendazole en mesurant spectrophotométriquement la teneur en hémoglobine.

Les résultats de l'étude

L'administration de fenbendazole a entraîné une réduction de la teneur en hémoglobine dans les tumeurs, ce qui signifie une vascularisation réduite de la tumeur. Ces résultats suggèrent que Fenbendazole inhibe la croissance des cellules tumorales in vivo en induisant l'apoptose des cellules tumorales. Lorsque des coupes tumorales ont été examinées plus avant pour l'expression de la protéine p53, un certain nombre de cellules tumorales positives pour p53 étaient visibles chez des souris traitées avec Fenbendazole suggérant une mort cellulaire induite par p53 (un gène qui contrôle la qualité du cycle de vie cellulaire et qui est inactivé dans près de 50% des cancers humains).