Comment le contraste des micrographies peut-il être amélioré?

Les micrographies ont souvent un faible contraste. Certains spécimens (comme les bactéries) sont généralement difficiles à voir car ils sont transparents ou peu colorés.
Le contraste diminue également de manière significative lorsqu'on ouvre le diaphragme d'ouverture du condenseur pour observer à la résolution maximale que l'objectif est capable de délivrer.
Dans ces différents cas, la micrographie résultante peut ne pas offrir de résultats attrayants et ne semble tout simplement pas aussi nette et attrayante que l'on aimerait qu'elle apparaisse. L'augmentation du contraste rend les zones sombres plus sombres et les zones claires plus claires. Le contraste maximum est obtenu lorsque la partie la plus sombre de l'image devient noire et que la partie la plus claire (généralement l'arrière-plan) devient blanche.

Logiciels de retouche d'image
La solution idéale serait d’utiliser le réglage automatique des niveaux. Le logiciel déterminera alors automatiquement la position optimale des leviers, en tenant compte de la répartition de la luminosité des pixels dans l'histogramme. Selon le logiciel utilisé, l'option "Niveaux automatiques" peut toutefois ajuster le contraste pour les trois couleurs primaires rouge, vert et bleu séparément. Le mode manuel décrit ci-après regroupe les trois canaux de couleur. Le réglage séparé des couleurs primaires introduira automatiquement une balance des blancs.
Pratiquement tous les logiciels de retouche d'image offrent la possibilité d'améliorer le contraste, mais tous ne permettent pas une mise au point suffisante.
Certains programmes n'ont qu'un simple curseur pour ajuster manuellement le contraste. Ce curseur peut être déplacé de «très contrasté» à «peu contrasté». Si l'on ajuste trop dans la direction «très contrasté», il est possible que les couleurs soient coupées à l'extrême et que cela entraîne une perte d'information.
La seule possibilité pour contrôler le résultat que l'on veut obtenir, est d'enregistrer l'image initiale pour référence, puis d'augmenter considérablement le contraste, d'enregistrer l'image sous un autre nom, la fermer puis de la rouvrir de nouveau.
Si l'on réduit maintenant le contraste et que l'image contient toute les informations qui sont présentent dans l'image de référence, alors cela devrait produire l'image originale. Si cela ne fonctionne pas, cela signifie que des informations dans l'image ont été perdues dans les zones claires et les zones d'ombre.

Réglage fin de l'histogramme
De meilleurs programmes (comme Photoshop et GIMP, entre autres) permettent d’ajuster le contraste avec plus de précision.
La boîte de dialogue «Niveau» affiche un histogramme. Cet histogramme affiche la proportion des différentes valeurs de luminosité trouvées dans l'image.
Sous l'histogramme, on peut trouver trois petites icones de réglage qui peuvent être utilisées pour ajuster le contraste de l'image. Cliquez et faites glisser le curseur de réglage à gauche vers le centre pour rendre les parties sombres de l'image, les ombres, plus sombres. Le curseur de réglage à droite permet d'ajuster la luminosité des hautes luminosités. Un curseur central est utilisé pour régler la luminosité des tons moyens.
Un tel dialogue de niveaux présente plusieurs avantages par rapport à un seul curseur. Tout d'abord, il vous permet d'ajuster le contraste de manière asymétrique.
D'abord peut-être voulez-vous rendre l’arrière-plan plus clair sans ajuster les tons moyens et les ombres. Dans ce cas, vous ne manipulez que le curseur de gauche.
Deuxièmement, l'histogramme fournit des informations précieuses sur la répartition de la luminosité des pixels. Il est donc possible d'estimer combien d'informations de couleur ont été perdues par la correction de contraste.

Ajuster le contraste
Pour ajuster le contraste, je recommande l'approche suivante. Tirez le curseur gauche vers le centre jusqu'à ce qu'il touche le premier pic de l'histogramme. Je ferai référence à ce pic comme le pic «noir». La partie la plus sombre de l'image est maintenant complètement noire.
Déplacez le curseur vers le centre jusqu’à ce qu’il touche le premier sommet de l’histogramme du côté droit. C'est notre pic «blanc». Vous avez maintenant maximisé le contraste sans perte (significative) d'informations sur l'image.
Enfin, déplacez le curseur central vers la gauche et la droite pour ajuster les tons moyens. Déplacez-le vers la gauche pour rendre les tons moyens plus sombres et vers la droite pour les rendre plus lumineux. Il est nécessaire d'expérimentation ici et pour beaucoup cela est une question de goût.
Déplacer le curseur central n'entraîne pas de coupure des valeurs de couleur, vous n'avez donc pas à vous soucier de la perte d'informations.

Images de microscopie à fond noir
Cependant, une perte d’information sur l’image est parfois souhaitable. Les images de microscopie à fond noir, par exemple, sont meilleures si l'arrière-plan est complètement noir. Les appareils photo numériques produiront rarement des images avec un arrière-plan complètement noir, à moins que l'image ne soit nettement sous-exposée.
Le fait de ne déplacer le curseur de gauche que vers le début du pic «noir» ne rendra pas l’arrière-plan complètement noir, car certains pixels de l’arrière-plan peuvent ne présenter qu’un gris très foncé. Dans ce cas, il est préférable de déplacer le curseur dans le pic «noir» pour rendre également ces pixels noirs.
Dans les images en fond clair, l'arrière-plan est souvent jaune clair et des taches de poussière brillantes sont parfois visibles. Déplacer le levier droit dans le pic «blanc» fera disparaître ces taches de poussière brillantes sur le fond blanc.