Vous pouvez tirer davantage parti de votre rendez-vous avec un conseiller en génétique si vous avez plus d’informations sur les antécédents de cancer de votre famille. Les informations utiles pouvant être demandées par le conseiller en génétique comprennent:

  • Vos dossiers médicaux. Cela inclut les notes du médecin et les rapports de pathologie. Les rapports de pathologie sont les résultats de vos tests de laboratoire issus de biopsies, d’opérations chirurgicales ou d’examens de dépistage, tels que des coloscopies.
  • Une liste des membres de la famille qui inclut l’âge actuel de chaque personne ou l’âge au moment du décès et de la cause du décès. Cette liste devrait inclure les parents, les frères et sœurs, les enfants, les tantes, les oncles, les nièces, les neveux, les grands-parents et les cousins ​​des deux côtés de votre famille.
  • Des informations sur les types spécifiques de cancer qui ont été diagnostiqués dans votre famille. Ceci inclut l’âge auquel le cancer a été diagnostiqué chez les membres de la famille et la localisation anatomique où le cancer a commencé. Les rapports de pathologie sont souvent utiles.

Bien qu’avoir ces informations est très utile, ce n’est malgré tout pas nécessaire. Vous ne devez pas éviterde consulter le conseil génétique simplement parce que vous ne connaissez pas grand-chose de vos antécédents familiaux.

Lorsque vous irez au rendez-vous, pensez à emmener quelqu’un avec vous. Cela pourrait être un membre de la famille ou un ami, selon vos préférences. Le conseiller en génétique discutera de nombreuses informations. Une autre personne peut vous aider à écouter et à réfléchir aux questions. Si vous choisissez d’amener un membre de la famille, cette personne peut également être en mesure de fournir des informations sur vos antécédents familiaux.

Les conseillers en génétique sont formés pour vous conseiller sur:

  • Votre risque de développer des types spécifiques de cancer en fonction de vos antécédents familiaux
  • Les tests génétiques qui peuvent vous donner plus d’informations sur votre risque de certains types de cancer
  • Le processus de test, les limites et la précision des tests génétiques
  • les conséquences émotionnelles, psychologiques et sociales de la connaissance des résultats du test
  • Les options de dépistage et de surveillance du cancer Prévention du cancer
  • Les options de diagnostic et de traitement
  • La confidentialité de vos informations génétiques
  • Vous aider à aborder la question du risque de cancer avec les membres de votre famille

Identifiez les raisons pour lesquelles vous souhaitez subir un test. Et réfléchissez à la manière dont vous allez gérer les résultats des tests. Et n’oubliez pas qu’il y a différentes technologies de tests génétiques qui n’ont pas les mêmes ambitions.

Par ailleurs comme pour toute mesure, il peut y avoir des faux positifs (un gène est détecté ayant une mutation alors que ce n’est pas le cas) ou des faux négatifs (non détection d’un gène ayant une mutation dangereuse).

Les tests génétiques ont des limites et des implications émotionnelles. Ceux-ci peuvent inclure:

  • Dépression, anxiété ou culpabilité
  • De la tension familiale
  • Un faux sentiment de sécurité
  • Des résultats peu clairs
  • Coût élevé
  • De la discrimination et des problèmes de confidentialité. Certaines personnes craignent la discrimination génétique liée aux résultats des tests. D’autres s’inquiètent de la confidentialité de leurs informations génétiques.

Voici quelques questions pour vous aider à prendre une décision:

  • Est-ce que j’ai des antécédents familiaux de cancer?
  • Ai-je développé un cancer plus tôt que la moyenne?
  • Comment vais-je interpréter les résultats des tests génétiques? Qui va m’aider à utiliser cette information?
  • Les résultats du test vont-ils affecter mes soins médicaux? Les soins médicaux de ma famille?
  • Si j’ai une maladie génétique, puis-je réduire mon risque de cancer?

Votre médecin voudra des informations sur les antécédents de cancer de vos parents au premier degré (parents, enfants et frères et sœurs) et au deuxième degré (grands-parents, oncles / tantes, nièces / nièces, petits-enfants et demi-frères et sœurs). Pour chaque membre de la famille ayant eu le cancer, rassemblez autant d’informations que possible:

  • Type de cancer
  • Âge au diagnostic
  • Lignée, c’est-à-dire est-ce du côté de la mère (maternelle) ou du côté du père (paternel)
  • Ethnicité (les personnes de certaines ethnies, telles que celles ayant une ascendance juive ashkénaze, sont davantage sujettes à certains cancers)
  • Le résultat de tout test génétique antérieur lié au cancer

N’oubliez pas qu’il peut être difficile pour certains membres de votre famille de discuter de leur santé avec vous. Vous voudrez peut-être envoyer vos questions à l’avance et souligner que la moindre information peut être utile. Essayez de trouver un moment tranquille pour parler avec vos proches.

Si possible, informez votre médecin de vos antécédents familiaux peu de temps après le diagnostic et avant le début du traitement. Il est également important d’informer votre médecin de toute nouvelle information que vous collectez ou de tout changement dans vos antécédents familiaux.

Les informations tirées des antécédents de cancer de votre famille peuvent aider un médecin à déterminer si:

  • Vous ou les autres membres de votre famille, pouvez bénéficier d’un conseil génétique. Ce conseil spécialisé explique les risques d’un cancer héréditaire ainsi que les avantages, les risques et les limites des tests génétiques.
  • Vous ou d’autres membres de votre famille pouvez bénéficier de tests génétiques.
  • Vous avez besoin d’un suivi plus intensif que celui des personnes atteintes d’un cancer non héréditaire.

Un cancer héréditaire est détecté au moyen de tests génétiques. C’est l’analyse des gènes, des chromosomes ou des protéines d’une personne. Les tests peuvent:

  • Aidez à prédire le risque de contracter une maladie.
  • Identifier les «porteurs» d’une maladie. Ce sont des personnes qui ne sont pas atteintes de la maladie mais qui possèdent une copie du gène de la maladie.
  • Diagnostiquer une maladie.
  • Suggérer l’évolution probable d’une maladie.

Les tests génétiques consistent à prélever un échantillon de sang ou de tissu contenant du matériel génétique, tel que les cellules situées à l’intérieur de la joue. Plus de 900 tests génétiques sont disponibles pour de nombreuses maladies, notamment les cancers du sein, de l’ovaire, du côlon, de la thyroïde et autres.

Cancers héréditaires

- Posted in Français by

Certaines familles présentent un risque plus élevé de cancer parce que des membres de la famille sont porteurs d’une mutation génétique héréditaire qui se transmet d’un parent à un enfant. Certaines mutations génétiques héréditaires sont liées à un syndrome du cancer familial (aussi appelé syndrome du cancer héréditaire), comme le syndrome de Lynch. Environ 5 à 10 % de tous les cancers sont héréditaires.

Les indices qui laissent supposer qu’un cancer peut être lié à mutation génétique héréditaire sont les suivants :

  • Des membres de la famille ont reçu un diagnostic de cancer à un jeune âge.
  • Plusieurs membres de la famille sont atteints du même type de cancer ou d’un type qui y est apparenté.
  • Un membre de la famille a été atteint de plus d’un type de cancer (comme le cancer du sein et le cancer de l’ovaire).
  • Le cancer atteint les deux organes d’une paire (comme les deux seins, les deux reins ou les deux yeux).
  • Des membres de la famille sont atteints d’un type peu courant ou rare de cancer.
  • Il y a plus d’un cas de cancer infantile au sein d’une même fratrie (frères et sœurs).

Lorsqu’on tente de déterminer si les antécédents familiaux de cancer peuvent être héréditaires, il est important de savoir que les membres de la parenté atteints de cancer qui comptent sont seulement ceux qui ont des liens de sang. Par exemple, vous pouvez avoir 2 tantes qui sont atteintes du cancer du sein, une de chaque côté de la famille. Elles n’ont pas de liens de sang l’une par rapport à l’autre; il est donc moins probable que le cancer soit héréditaire que si elles étaient du même côté de la famille.

Antécédents familiaux

- Posted in Français by

Si des membres de votre famille sont atteints de cancer, vous pourriez vous demander si vous risquez d’en être atteint vous aussi (si « c’est de famille »). Parfois, une mutation génétique qui peut causer le cancer vous est transmise par vos parents (héréditaire). Les cancers causés par des mutations génétiques héréditaires sont appelés cancers héréditaires.

Mais il ne faut pas seulement penser en termes de génétique, il arrive aussi que le cancer apparaisse plus souvent chez les membres d’une famille qui partagent les mêmes styles de vie, vivent dans la même maison ou quartier qui peut recevoir des pollutions spécifiques ou sont soumis aux mêmes risques professionnels.

Les cancers familiaux apparaissent au sein d'une même famille plus souvent que ce à quoi on s'attend par hasard. Les cancers familiaux pourraient ne pas être liés à une mutation génétique connue, mais ils pourraient être dûs à une combinaison de facteurs que partage une même famille. Il peut s’agir de choses autour de vous, comme l’endroit où vous vivez. Il peut aussi s’agir de la façon dont vous vivez votre vie, comme ce que vous mangez et le degré d’activité physique que vous faites. Vous pourriez aussi partager certains facteurs génétiques. Un cancer familial n’est pas la même chose qu’un cancer héréditaire, mais il peut être associé à un risque accru de cancer. Le risque est à son degré le plus élevé lorsqu’un membre de votre famille proche est atteint de certains types de cancer, comme le cancer du sein ou le cancer colorectal.

Avoir des antécédents familiaux de cancer ne signifie pas que vous aussi vous serez atteint du cancer. Et les personnes qui n’ont pas d’antécédents familiaux de cancer peuvent tout de même présenter un risque d'être atteintes d'un cancer.

C’est pourquoi il est important de parler à votre médecin de vos antécédents familiaux de cancer et de l’aviser s’il y a un changement dans l’état de santé d’un membre de votre famille. Votre médecin pourra ainsi vous aider à décider si vous devez passer des tests pour vérifier la présence de changement génétique ou de signes précoces du cancer.

On utilise encore couramment le terme de gènes, qui contribueraient au développement du cancer appartiennent à ces différentes catégories, mais la notion de gène est ambigüe, les spécialistes préfèrent parler de locus qui elle, ne désigne pas une zone précise comme étant responsable d'une fonction. Il faut bien voir qu'il n'y a pas de caractère systématique, les gènes sont un facteur parmi d'autres dans l'apparition d'un cancer, le plus souvent l'exposition à un cancérigène jour un rôle bien plus important que l'héritage génétique.

Gènes suppresseurs de tumeurs. Ce sont des gènes protecteurs. Normalement, ils limitent la croissance cellulaire par:

  • Un contrôle de la rapidité avec laquelle les cellules se divisent en de nouvelles cellules
  • Une réparation de l’ADN quand c’est possible.
  • La détermination du moment une cellule doit mourir, par exemple si son ADN s’éloigne trop de ce qui est tolérable.

Lorsqu’un gène suppresseur de tumeur subit une mutation, les cellules se développent de manière incontrôlable. Et ils peuvent éventuellement former une tumeur.

Des exemples de gènes suppresseurs de tumeurs comprennent BRCA1, BRCA2 et p53 ou TP53.

Les mutations germinales des gènes BRCA1 ou BRCA2 augmentent le risque de cancer héréditaire du sein ou des ovaires chez la femme et le risque de cancer héréditaire de la prostate ou du sein chez l’homme. Ils augmentent également le risque de cancer du pancréas et de mélanome chez les femmes et les hommes.

Le gène muté le plus couramment chez les personnes atteintes de cancer est p53. Plus de 50% des cancers impliquent un gène p53 manquant ou endommagé. Les mutations germinales p53 sont rares, mais les patients qui les portent présentent un risque plus élevé de développer différents types de cancer.

Oncogènes. Ceux-ci transforment une cellule saine en une cellule cancéreuse. Les mutations dans ces gènes ne sont pas connues pour être héritées.

Les proto-oncogènes sont des gènes normaux qui contrôlent la croissance cellulaire, mais qui peuvent se transformer en oncogènes s’ils subissent une mutation. Les proto-oncogènes et les oncogènes agissent comme des interrupteurs marche-arrêt. Un proto-oncogène est habituellement inactif (arrêt). Lorsqu’un proto-oncogène est actif (marche), il indique à une cellule de croître ou de se diviser. Par contre, les oncogènes sont toujours actifs; leurs cellules se développent donc de façon désordonnée.

Deux oncogènes communs sont:

  • HER2, une protéine spécialisée qui contrôle la croissance et la propagation du cancer. On le trouve dans certaines cellules cancéreuses, par exemple, les cellules de cancer du sein et de l’ovaire.
  • La famille de gènes RAS, qui fabrique des protéines impliquées dans les voies de communication cellulaire, la croissance cellulaire et la mort cellulaire.

Gènes de réparation de l’ADN. Ces gènes corrigent les erreurs faites qui peuvent se produire lorsque l’ADN est copié. Beaucoup d’entre eux fonctionnent comme des gènes suppresseurs de tumeurs. BRCA1, BRCA2 et p53 sont tous des gènes de réparation de l’ADN.Quand les gènes de réparation de l’ADN subissent une mutation, ils ne peuvent plus réparer les erreurs dans les oncogènes et les gènes suppresseurs de tumeur, et cela peut mener au cancer.

Si une personne a une erreur dans un gène de réparation de l’ADN, les erreurs ne sont pas corrigées, elles s’accumulent et deviennent des mutations. Ces mutations peuvent éventuellement mener au cancer, en particulier aux mutations des gènes suppresseurs de tumeurs ou des oncogènes.

Les mutations se produisent parfois au cours de la vie des cellules et particulièrement au cours de la phase de division. Une mutation peut être bénéfique, nuisible ou neutre, cela dépend de l’endroit où se produit le changement dans le gène. En règle générale, le corps gère la plupart des mutations en effectuant une sorte de contrôle de qualité de l’ADN. Les cellules qui ne satisfont pas à ce contrôle sont supprimées.

Une seule mutation ne causera probablement pas de cancer. Généralement, le cancer survient à la suite de multiples mutations au cours de la vie. C’est pourquoi le cancer survient plus souvent chez les personnes âgées.