Alors que vous vous préparez à commencer un traitement contre le cancer, il est normal de craindre les effets secondaires liés au traitement. Mais n’ayez pas peur de parler avec votre équipe de soins de santé des effets secondaires possibles et de la façon de les gérer. Votre équipe soignante se concentre sur la prévention et le contrôle des effets secondaires. Leur parler peut apaiser votre esprit et vous préparer à ce qui les attend.

Peurs communes au sujet des effets secondaires

Certaines des peurs les plus courantes incluent:

  • Perte du contrôle sur sa vie et/ou ne pas savoir à quoi s'attendre.

  • Inconfort, douleur, nausée ou fatigue.

  • Ne pas être capable de faire les activités quotidiennes, comme aller au travail, effectuer des tâches ménagères et assister à des événements sociaux.

  • Les changements d'apparence, tels que la perte de cheveux ou les cicatrices.

  • Problèmes sexuels ou difficulté à tomber enceinte après le traitement.

  • Anxiété à propos d'un traitement ou d'une procédure.

  • Faire face à vos peurs

N'oubliez pas que l'objectif à long terme du traitement est de vous aider et non de vous faire mal. De nombreux traitements contre le cancer, qui sont utilisés aujourd’hui, sont moins intenses et durent moins longtemps que les traitements précédents. Et bon nombre des effets secondaires que vous pourriez ressentir sont temporaires et disparaîtront plusieurs semaines, voire plusieurs mois après la fin du traitement.

Vous pouvez souvent gérer les effets secondaires avec des médicaments. Et de nombreux effets secondaires peuvent être prévenus avant le début du traitement. Discutez avec votre équipe soignante de la façon de gérer les effets secondaires courants de chaque traitement.

Les conseils suivants peuvent vous aider à faire face à la peur des effets secondaires liés au traitement:

  • Demandez à votre médecin une liste des symptômes pouvant nécessiter des soins immédiats. Et découvrez comment vous pouvez joindre le bureau du médecin après les heures normales.

  • Restez impliqué dans vos soins et exprimez vos pensées dans le processus de prise de décision concernant le traitement.

  • Apprenez comment les hommes et les femmes peuvent préserver leur fertilité. Et demandez à votre médecin de consulter un spécialiste de la fertilité avant le début du traitement.

  • Restez concentré sur le présent. S'attarder sur des choses qui peuvent ou non se produire ne fera qu'aggraver les sentiments négatifs.

  • Tenez un journal pour enregistrer vos sentiments et vos expériences.

  • Essayez des techniques de relaxation, telles que la respiration profonde, la musique, le yoga et la méditation. Lorsque vous êtes moins anxieux, vous pouvez mieux vous concentrer et prendre des décisions plus éclairées.

  • Donnez-vous le temps de pleurer des pertes physiques et de vous adapter à votre nouveau corps.

  • Pensez à parler aux autres. Parler est ce qui fait de nous des humains.

Parlez de vos attentes et de vos préoccupations avec votre famille et vos proches. Leur soutien peut apaiser vos craintes quant aux effets secondaires du traitement. Vous pouvez également parler avec votre employeur de ce que vous allez vivre. Discutez de l'ajustement de votre emploi du temps pendant votre traitement. En savoir plus sur le retour au travail après le cancer.

Il peut également être utile de parler à d’autres personnes ayant récemment subi les mêmes traitements. Mais rappelez-vous que les expériences d’autres personnes avec des effets secondaires peuvent être différentes des vôtres. Vous pouvez également trouver des groupes de soutien dans votre communauté locale ou en ligne. Ou vous pouvez demander à un travailleur social de vous conseiller ou de vous diriger vers des partenaires de soutien communautaires.

Dépression

- Posted in Français by

Certaines personnes atteintes de cancer peuvent souffrir de dépression avant, pendant ou après le traitement du cancer. La dépression est un type de trouble de l'humeur. La dépression peut réduire votre capacité à faire des choix concernant vos soins, voire affecter votre envie de respecter le protocole de soin. En conséquence, l'identification et le traitement de la dépression sont des éléments importants du traitement du cancer.

Les symptômes de la dépression peuvent apparaître juste après le diagnostic ou à tout moment pendant ou après le traitement. Ces symptômes vont de légers à graves. Une dépression grave nuit aux relations et à la vie quotidienne d'une personne. C'est ce qu'on appelle le trouble dépressif majeur. Discutez avec votre médecin si vous présentez les symptômes suivants, surtout s'ils durent 2 semaines ou plus.

Symptômes liés à l'humeur

  • Se sentir mal

  • Se sentir triste

  • Éprouver un sentiment de désespoir

  • Se sentir irritable

  • Se sentir engourdi

  • Se sentir sans valeur

Symptômes comportementaux

  • Perte d'intérêt pour les activités que vous avez déjà appréciées

  • Pleurs fréquents

  • Retrait des amis ou de la famille

  • Perte de motivation pour les activités quotidiennes

  • Symptômes cognitifs

  • Diminution de la capacité de concentration

  • Difficulté à prendre des décisions

  • Problèmes de mémoire

  • Pensées négatives.
    Dans des situations extrêmes, cela peut inclure des pensées selon lesquelles la vie ne vaut pas la peine d'être vécues ou des pensées de se faire mal.

Symptômes physiques

  • Fatigue

  • Perte d'appétit

  • L'insomnie, qui est l'incapacité de s'endormir et à rester endormi

  • Hypersomnie, qui consiste à se sent très somnolent la plupart du temps

  • Problèmes sexuels, tels que diminution du désir sexuel

Les symptômes cognitifs et physiques énumérés ci-dessus peuvent être des effets secondaires du cancer ou du traitement du cancer. En conséquence, les médecins accordent plus d'importance aux symptômes liés à l'humeur et au comportement lors du diagnostic de la dépression chez une personne atteinte de cancer.

Facteurs de risque de dépression

Les personnes atteintes de cancer sont plus susceptibles de souffrir de dépression si elles présentent les facteurs de risque suivants:

  • Diagnostic antérieur de dépression ou d'anxiété

  • Antécédents familiaux de dépression ou d'anxiété

  • Manque de soutien de la part d'amis ou de la famille

  • Fardeau financier

  • Dépistage de la dépression

La Société américaine d'oncologie clinique (ASCO) recommande le dépistage de la dépression. Les dépistages doivent avoir lieu au moment du diagnostic du cancer et à des périodes régulières pendant votre traitement et votre rétablissement.

Le traitement de la dépression dépendra de vos symptômes et de leur fréquence.

Bien que cela puisse être difficile, essayez de parler ouvertement avec votre équipe de soins de santé de la dépression. Débattez sur ce qui suit:

  • Vos sentiments

  • Les sources de préoccupation spécifiques

  • Les symptômes physiques

  • L'effet sur votre vie quotidienne

Cela les aidera à répondre à vos préoccupations et à créer un plan de traitement.

Traitement de la dépression

Les personnes souffrant de dépression bénéficient généralement d'un traitement spécialisé. Pour les personnes souffrant de dépression modérée ou sévère, une combinaison de traitement psychologique et de médicaments est souvent l'approche la plus efficace. Pour certaines personnes souffrant de dépression légère, parler avec un professionnel de la santé mentale peut suffire à soulager les symptômes dépressifs.

Traitement psychologique.


Les professionnels de la santé mentale comprennent les conseillers, psychologues et psychiatres agréés. Ils fournissent des outils pour améliorer les capacités d'adaptation, développer un système de soutien et remodeler les pensées négatives. Les options comprennent une thérapie individuelle, une thérapie de couple ou une thérapie familiale et une thérapie de groupe. En outre, les psychiatres sont les professionnels de la santé mentale pouvant prescrire des médicaments. En savoir plus sur les conseils reçus.

Médicaments.


Différents types d'antidépresseurs sont disponibles. Votre médecin sélectionnera l'antidépresseur le plus approprié en fonction de ces facteurs:

  • Vos besoins

  • Les effets secondaires potentiels

  • Les autres médicaments que vous prenez

  • Vos antécédents médicaux

Informez votre médecin de tous les médicaments et suppléments que vous prenez. Certains peuvent interférer avec les types d'antidépresseurs.

Certaines personnes ressentent une amélioration deux semaines après le début du traitement antidépresseur. Cependant, il faut souvent attendre de 6 à 8 semaines pour que le médicament ait son plein effet.

Les médicaments sont particulièrement efficaces pour améliorer l'humeur et les symptômes physiques associés au trouble dépressif majeur. L'ajout d'un traitement psychologique aux médicaments peut être utile pour gérer les pensées négatives, une faible estime de soi et trouver de meilleures stratégies d'adaptation.

Suivi

Tenez votre équipe soignante au courant des visites chez votre professionnel de la santé mentale et du traitement que vous recevez. Racontez-leur comment le traitement s’est déroulé et si vous avez de nouveaux symptômes.

Faire face à la colère

- Posted in Français by

La colère lors du traitement d’un cancer

Beaucoup de personnes atteintes de cancer font l'expérience de la colère. Souvent, le sentiment survient lors du diagnostic d'un cancer. Mais il peut se développer à tout moment du traitement et de la survie.

Vous pouvez vous sentir en colère contre:

  • L'arrivée des difficultés multiples et considérables.

  • La façon dont le cancer et le traitement modifie votre routine précédente.

  • La façon dont les membres de la famille et les amis réagissent à un diagnostic de cancer.

Vous pouvez également avoir du mal à faire face aux effets secondaires du cancer et de son traitement, notamment:

  • éprouver des problèmes de sommeil.

  • éprouver de la fatigue.

  • éprouver de la douleur.

  • éprouver de la nausée.

Ceux-ci peuvent rendre même la personne la plus heureuse, irritable.

Faire face à la colère

La colère est une réponse émotionnelle naturelle. Vous n'avez pas besoin de vous sentir coupable si vous en faites l'expérience. La colère n'est pas mauvaise. Mais certaines personnes s'en occupent et l'expriment de manière malsaine.

Expressions malsaines de colère

Les réponses malsaines à la colère incluent:

  • Éviter d'exprimer les émotions difficiles.

  • Se comporter de manière à blesser les autres ou à vous-même.

  • Abus d'alcool ou de drogues.

Des réponses malsaines à la colère peuvent mener à la dépression.

Expressions saines de colère

Une gestion saine de la colère implique d'identifier l'émotion et de l'exprimer de manière productive.

Lorsqu'elle est exprimée de manière saine, la colère peut produire un changement positif. Par exemple, il peut fournir de l'énergie et de la force pour surmonter les défis du traitement.

Considérez les conseils suivants lorsque vous vous sentez en colère:

  • Reconnaissez votre colère. Parfois, les gens agissent par colère sans reconnaître la présence de l'émotion.

  • Pensez aux autres sentiments qui se cachent sous la colère. Parfois, les gens cachent d’autres sentiments douloureux sous leur colère. Et ils pourraient même ne pas se rendre compte qu'ils le font. Certaines personnes se sentent plus à l'aise avec la colère que d'autres sentiments, comme la peur ou la tristesse.

  • Évitez de porter votre colère sur les personnes. Dirigez votre colère sur ce qui cause votre sentiment de colère, pas sur les autres.

  • N'attendez pas que la colère s'accumule. Exprimez vos sentiments dès que vous les reconnaissez. Si vous les retenez, vous aurez plus de chances d'exprimer votre colère de manière malsaine.

  • Trouvez des moyens sûrs d'exprimer votre colère. Vous pouvez exprimer et libérer votre colère de différentes façons:

    • Discutez des raisons de votre colère avec un membre de la famille ou un ami de confiance.

    • Faites une activité physique en ressentant votre colère à pleine intensité.

    • Frappez sur un oreiller avec vos poings ou trouvez un sac de boxe.

    • Crier fort dans une voiture ou une pièce privée.

    • Explorez des thérapies complémentaires, telles que les massages, les techniques de relaxation, la musique ou l'art

Faites vous aider. De nombreuses personnes bénéficient de conseils, seuls ou en groupe.

Les choses que vous pouvez accomplir avec un professionnel de la santé mentale incluent:

  • Découvrir ce qui déclenche votre colère.

  • Eviter les réponses destructives, comme les expressions blessantes.

  • Trouver des moyens sains d'exprimer ses sentiments

  • Apprendre à reconnaître et gérer les situations difficiles.

  • Traiter des problèmes connexes, tels que la dépendance ou les problèmes relationnels

Faire face à l'incertitude

- Posted in Français by

Beaucoup de personnes atteintes de cancer peuvent ressentir un sentiment exacerbé d’incertitude quant à l'avenir. Après un diagnostic de cancer, vous pouvez avoir le sentiment que votre vie est moins sécurisé qu’auparavant, que d’autres aléas pourraient de nouveau la bouleverser sans avertissement. Il est important de demander de l'aide lorsque vous vous sentez ainsi. Discutez avec votre équipe soignante dispose de ressources pour vous aider.

Causes d'incertitude

Les patients nouvellement diagnostiqués et les survivants à long terme ont des préoccupations communes :

  • Devoir mettre leurs plans en attente.
    Vous pouvez avoir l’impression que vous êtes incapable de regarder vers l’avenir, de faire des plans. Par exemple, il peut être difficile de planifier des vacances en famille quand vous ne savez pas exactement quand vous aurez un traitement. Vous ne pourrez peut-être pas vous engager à prendre un repas avec des connaissances parce que vous ne pouvez pas prédire comment vous vous sentirez à ce moment. Une approche qui fonctionne bien pour de nombreuses personnes atteintes de cancer consiste à rester flexible et à accepter que les plans puissent changer.

  • Peur du traitement du cancer et des effets secondaires.
    Vous pouvez être inquiet ou avoir peur des effets secondaires possibles du traitement, tels que la douleur, la nausée ou la fatigue. Vous pouvez également craindre de devenir dépendant des autres lors du traitement du cancer ou des activités manquantes que vous aimez.

  • Les survivants d'un cancer à long terme peuvent craindre des effets tardifs.
    Ce sont des effets secondaires du traitement du cancer qui se produisent des mois ou des années après la fin du traitement. Discutez avec votre équipe soignante des éventuels effets tardifs et de la manière de les gérer.

  • Le traitement pourrait ne pas fonctionner.
    Aucun traitement ne fonctionne de la même manière pour tous les patients, même ceux atteints du même type de cancer. Certains traitements sont plus efficaces pour certaines personnes. D'autres traitements peuvent fonctionner mais causer des effets secondaires. Chercher à comprendre quelles sont vos options de traitement, actuelles et futures, peut vous aider à savoir à quoi vous attendre.

  • Le traitement cessera de fonctionner.
    Souvent, les patients continuent à recevoir un traitement jusqu'à ce qu'il cesse de fonctionner. Cela est particulièrement vrai pour les personnes atteintes d'un cancer qui s'est propagé ou pour celles atteintes d'un cancer contrôlé par des médicaments pendant une longue période. Même si le médicament que vous prenez, cesse de fonctionner, il existe d'autres options de traitements spécialisés pour ce qu’on appelle les résistances au médicament. La meilleure façon de gérer ce risque est de faire des contrôles fréquents des marqueurs du cancer, comme le CEA.

*Le cancer va revenir.
Une récidive du cancer survient lorsque le cancer réapparaît après le traitement. C’est une peur extrême pour de nombreux survivants du cancer. Si vous vous inquiétez de cela, vous pourriez vous retrouver à prêter attention à chaque symptôme potentiel que vous avez. À son tour, cela peut augmenter votre niveau général d'anxiété. Toute personne de plus de 50 ans est plus susceptible de contracter un cancer, ce risque ne diminue hélas pas pour les patients qui ont déjà guéri d’un cancer.

  • Peur de mourir ou de perdre quelqu'un que vous aimez.
    Affronter l'idée de mourir peut être difficile. Sentir la peur est naturel lorsque vous êtes sur le point de mourir ou de perdre quelqu'un que vous aimez. C’est normal de lutter contre la peur de la mort. Cependant, si ces sentiments deviennent graves, discutez avec votre équipe de soins de santé des ressources qui pourraient vous aider à faire face.

Faire face aux conséquences du cancer

Contracter un cancer c’est faire une plongée dans l’inconnu, cela peut vous rendre anxieux, en colère, triste ou effrayé. Vous pouvez même avoir des symptômes physiques de ces sentiments. Par exemple, cela peut interrompre le sommeil ou rendre plus difficile la concentration au travail. Apprendre à gérer l’incertitude est un élément important pour rester en bonne santé. Ces conseils peuvent vous aider à faire face:

  • Reconnaissez qu'il existe des situations que vous pouvez contrôler et d'autres qui échappent à votre contrôle. Aussi difficile que cela puisse paraître, beaucoup de patients trouvent utile de prendre de la distance avec les choses qu’ils ne peuvent pas changer.

  • Discutez avec votre équipe soignante si vos sentiments d'incertitude affectent votre vie quotidienne. Ils peuvent vous aider à trouver les ressources dont vous avez besoin pour vous sentir mieux. Parlez avec un conseiller ou un travailleur social à l'hôpital. Ils peuvent recommander un groupe de soutien dans votre région. Un groupe de discussion peut vous aider à partager avec d’autres personnes qui vivent une expérience similaire de cancer. Il existe aussi également de nombreuses communautés de soutien en ligne. Parler avec des amis et des membres de la famille. Dites-leur comment vous vous sentez et comment ils peuvent aider.

  • Apprenez autant que possible sur le cancer qui vous affecte (il y en a des centaines, cela ne sert à rien de s’informer sur des cancers qui ne vous affectent pas) et son traitement. Accéder aux informations et les comprendre peut vous aider à savoir à quoi s'attendre.

Gérer l'anxiété

- Posted in Français by

Anxiété et cancer

L'anxiété peut être décrite comme une sensation de nervosité, d'excitation ou d'inquiétude. C'est une émotion normale qui alerte votre corps à réagir à une menace. Mais l'anxiété intense et à long terme peut interférer avec votre vie quotidienne et vos relations.

L'anxiété aiguë se produit lors d'épisodes courts qui se terminent rapidement. L'anxiété chronique reste au fil du temps.

Les symptômes d'anxiété peuvent être légers ou graves. Et certains des symptômes peuvent être similaires à ceux de la dépression. Souvent, c'est le signe annonciateur de la dépression et l'anxiété.

De nombreuses personnes atteintes de cancer présentent des symptômes d'anxiété. Un diagnostic de cancer peut déclencher ces sentiments:

  • Peur du traitement ou d'effets secondaires liés au traitement.

  • Peur du cancer revenant ou se propageant après le traitement.

  • Incertitude sur la conduite à tenir.

  • Inquiétude de perdre son indépendance physique, devenir incontinent.

  • Inquiétude de voir les relations changer, de voir des êtres chers s’éloigner de nous.

  • Peur de la mort.

L'anxiété peut rendre plus difficile le traitement du cancer. Cela peut également réduire votre capacité à faire des choix concernant vos soins. En conséquence, l'identification et la gestion de l'anxiété sont des éléments importants du traitement du cancer.

  • Symptômes d'anxiété aiguë
    Vous pouvez souvent rencontrer de courtes périodes des symptômes énumérés ci-dessous. Une attaque de panique survient lorsqu'une personne présente tous ces symptômes à la fois:

  • Ressentir une peur ou une peur intense

  • Se sentir détaché de soi ou de son entourage

  • Palpitations cardiaques ou battement de cœur rapide

  • Hypertension artérielle

  • Douleur de poitrine

  • Essoufflement

  • Se sentir étouffer

  • Transpiration

  • Frissons

  • Vertiges ou sensation d'étourdissement

  • Tremblement

  • Nausée, diarrhée, brûlures d'estomac ou changement d'appétit

  • Douleur abdominale

  • Symptômes d'anxiété chronique

L'anxiété chronique dure généralement plus longtemps. Ils peuvent inclure des épisodes d'anxiété aiguë accompagnés d'un ou plusieurs des symptômes ci-dessous:

  • Inquiétant excessif

  • Agitation

  • Tension musculaire

  • Insomnie

*Irritabilité

  • Fatigue

  • Difficulté de concentration

  • Indécision, qui a du mal à prendre des décisions

Il est important d'informer votre équipe soignante si vous présentez l'un de ces symptômes. Cependant, ces symptômes peuvent ne pas être liés à l'anxiété. Certains peuvent être des effets secondaires du cancer ou du traitement du cancer. Par exemple, la fatigue et les troubles du sommeil ou de la concentration sont des effets secondaires courants du cancer et du traitement du cancer.

Facteurs de risque d'anxiété

Les personnes atteintes d'un cancer sont plus susceptibles de ressentir de l'anxiété si elles présentent les facteurs de risque suivants:

  • Diagnostic antérieur d'anxiété ou de dépression

  • Antécédents familiaux d'anxiété ou de dépression

  • Manque de soutien d'amis ou de famille

  • Fardeau financier

  • Dépistage de l'anxiété
    Les dépistages doivent avoir lieu au moment du diagnostic du cancer et à des périodes régulières pendant votre traitement et votre rétablissement.

Le traitement de l’anxiété dépendra de vos symptômes et de leur fréquence.

Bien que cela puisse être difficile, essayez de parler ouvertement de l’anxiété avec votre équipe soignante. Cela les aidera à prendre en charge vos préoccupations et à créer un plan de traitement. Débattez sur ce qui suit:

  • Vos sentiments

  • Vos sources spécifiques de vos peurs

  • Vos symptômes physiques

  • Leurs effets sur votre vie quotidienne

Types de traitements de l’anxiété

Il y a différentes façons de gérer l'anxiété, certaines sont utilisés conjointement. Discutez en avec votre médecin pour trouver des choix qui vous conviendront le mieux.

  • Techniques de relaxation.
    Les techniques de relaxation peuvent être utilisées seules ou avec d’autres types de traitement. Certaines des méthodes suivantes peuvent être effectuées avec peu de conseils. D'autres peuvent avoir besoin de l'aide d'un instructeur.

    • Respiration profonde

    • Relaxation musculaire progressive. C'est une technique qui consiste à resserrer puis à relâcher les muscles. Vous commencez aux orteils ou à la tête et relâchez lentement les muscles du corps.

    • L'imagerie guidée. C’est l’utilisation de mots et de sons pour vous aider à imaginer des situations, des expériences et des sentiments positifs.

    • Méditation. C’est une pratique qui consiste à focaliser l’attention pour obtenir un sentiment de bien-être dans le moment présent et réduire le stress.

  • Hypnose

  • Biofeedback.
    Cela implique de prêter attention aux signaux du corps, tels que la fréquence cardiaque, et de les contrôler. Les signaux du corps sont mesurés à l'aide de capteurs électriques indolores, appelés électrodes.

  • Yoga.
    C'est l'utilisation d'exercices de respiration et de posture pour favoriser la relaxation.

  • Traitement psychologique.
    Les professionnels de la santé mentale comprennent les conseillers, psychologues et psychiatres agréés. Ils fournissent des outils pour améliorer les capacités d'adaptation, développer un système de soutien et remodeler les pensées négatives. Les options comprennent une thérapie individuelle, une thérapie de couple ou une thérapie familiale et une thérapie de groupe. De plus, les psychiatres sont des professionnels de la santé mentale capables de prescrire des médicaments. En savoir plus sur le conseil.

  • Les médicaments.
    Si vos symptômes d'anxiété sont modérés à sévères, vous pouvez bénéficier d'un médicament. Différents types de médicaments sont disponibles. Votre médecin sélectionnera le médicament le plus approprié en fonction de ces facteurs:

  • Vos besoins médicaux

    • Les effets secondaires potentiels

    • Les autres médicaments que vous prenez

    • Vos antécédents médicaux

Informez votre médecin de tous les médicaments et suppléments que vous prenez. Certains peuvent interférer avec les types de médicaments anti-anxiété.

Certains médicaments agissent rapidement pour traiter l’anxiété aiguë. Les médicaments utilisés pour traiter l'anxiété chronique peuvent prendre des semaines. Cela prend souvent entre 6 et 8 semaines pour que ces médicaments produisent leurs effets.

Les médicaments peuvent ne pas traiter complètement l’anxiété à moins d’être utilisés avec un traitement psychologique.

Suivi pendant et après traitement

Tenez votre équipe soignante au courant de vos visites chez un professionnel de la santé mentale et de vos traitements. Dites-leur comment le traitement fonctionne et si vous avez de nouveaux symptômes.

Si les symptômes d'anxiété n'ont pas diminué après 8 semaines de traitement:

  • Envisagez d'autres options de traitement, comme essayer des médicaments ou passer à un autre type de médicament.

  • Pensez à ajouter une aide psychologique par un professionnel à votre plan de traitement.

Gérer son stress

Gérer le stress

- Posted in Français by

Gérer le stress

Une maladie telle que le cancer est souvent l'une des expériences les plus stressantes de la vie d'une personne. Faire face au cancer peut être plus difficile avec un stress supplémentaire dû au travail, à la famille ou à des problèmes financiers. Le stress quotidien habituel peut également rendre plus difficile le diagnostic du cancer.

Le stress n'est pas une cause du cancer. Mais le stress chronique peut affaiblir le système immunitaire, engendrer d’autres problèmes de santé et diminuer le sentiment de bien-être.

Conseils pour réduire le stress

Certains facteurs de stress sont prévisibles et peuvent donc parfois être évités. Vous pouvez souvent réduire le stress dans votre vie en apportant de petits changements. Considérez les conseils suivants pour réduire le stress:

  • Utilisez un agenda pour réduire le coût mental dû à la gestion d’un emploi du temps devenu compliqué. N’importe qu’elle forme convient pour suivre vos rendez-vous et vos activités, ce peut être un agenda papier, sur votre téléphone ou en ligne. Lorsque vous planifiez des activités, prévoyez suffisamment de temps pour terminer une activité avant de commencer la suivante. Ne programmez pas trop d’activités pour le même jour ou la même semaine, en particulier celles pour lesquelles vous devez vous préparer. Si la gestion de votre emploi du temps est épuisante, demandez à une personne de confiance de vous aider à revoir vos rendez-vous.

  • Soyez conscient de vos limites. Si vous n’avez pas le temps, l’énergie ou l’intérêt, vous pouvez refuser poliment lorsque des personnes vous demandent d’assumer des tâches. Et ne vous sentez pas coupable d’avoir dit non. Un diagnostic de cancer change la vie et il est logique de se concentrer sur les choses les plus importantes. Au travail, ne vous portez pas volontaire pour des projets qui rendraient votre charge de travail ingérable. Si dire «non» à une demande vous semble difficile, demandez à votre interlocuteur ce que vous pouvez faire à la place. Cela pourrait être de prendre en charge une tâche moins conséquente ou d’avoir plus de temps ou de ressources pour la terminer.

  • Demandez de l'aide. C’est très normal de demander de l’aide à votre famille, à vos amis et à vos collègues. Votre entourage a certainement d’offrir son soutien, alors pensez à l’avance aux tâches spécifiques pour lesquelles vous avez besoin d’aide. Par exemple, des membres de la famille ou des amis pourraient aider à faire les courses, préparer les repas, garder un animal de compagnie ou aller chercher un enfant à l'école.

  • Prioriser vos tâches. Faites une liste de ce que vous faites régulièrement, comme le travail et les tâches ménagères. Classez ces choses par ordre d'importance, en tenant compte de ce que vous devez faire et des choses les plus importantes pour vous. Si vous n'avez pas le temps de tout faire, concentrez-vous sur les tâches et activités les plus prioritaires.

  • Découpez chaque tâche en plusieurs étapes, priorisez-les et repoussez les étapes moins prioritaires à plus tard. Ce processus peut rendre les problèmes apparemment insurmontables plus faciles à gérer. Par exemple, au lieu de passer l’après-midi à nettoyer toute votre maison, ne vous occupez que d’une ou deux pièces par jour.

  • Concentrez vos efforts sur des choses que vous pouvez contrôler. Il y a des choses que vous ne pouvez ni modifier ni contrôler, même avec la meilleure planification. Le trafic routier est un exemple. Les personnes qui peuvent rester flexibles gardent leur niveau de stress bas. Parfois, le seul aspect d'un problème que vous pouvez contrôler est la façon dont vous réagissez. Si cela vous aide, considérez le fait de réduire votre réaction comme une économie d'énergie que vous pourrez consacrer à des tâches plus importantes pour vous.

  • Obtenez de l'aide pour vos problèmes financiers. Parlez à un travailleur social ou à un conseiller financier familiarisé avec les questions d'assurance et financières liées au cancer. N'attendez pas pour demander de l'aide financière. Les factures et les dettes en retard peuvent rapidement devenir écrasantes.

Stratégies de gestion du stress

Bien que vous puissiez essayer de réduire le nombre de facteurs de stress dans votre vie, vous ne pouvez pas éviter complètement le stress. Cependant, les stratégies de gestion du stress peuvent vous aider à vous sentir plus détendu et moins anxieux. Voici des conseils pour réduire le stress:

  • Pratiquer de l’exercice régulièrement. Un exercice modéré, par exemple une marche de 30 minutes plusieurs fois par semaine, peut contribuer à réduire le stress. Discutez avec votre médecin avant de commencer un programme d’exercices.

  • Passez du temps à l'extérieur. Si possible, promenez-vous dehors dans un parc ou un autre cadre naturel. La lumière du soleil, l’air pur et les bruits de la nature peuvent contribuer à illuminer la journée.

  • Programmez des activités sociales. Prenez le temps de socialiser avec votre famille ou vos amis, car c'est un bon moyen de réduire le stress.

  • Dormir et bien manger. Maintenir une alimentation saine et vous reposer suffisamment vous donnera plus d'énergie pour faire face aux facteurs de stress quotidiens. Le sommeil est essentiel pour aider le corps à rester en bonne santé et à guérir. Essayez de dormir 7 heures ou plus par nuit. Les siestes pendant la journée peuvent aussi aider. Si vous avez du mal à dormir, discutez avec votre équipe soignante des moyens de gérer les problèmes de sommeil.

  • Rejoignez un groupe de soutien. Les groupes de soutien vous offrent la possibilité de parler de vos sentiments et de vos peurs avec d'autres personnes qui partagent et comprennent vos expériences. Vous pouvez également parler avec un ami de confiance, un conseiller ou un travailleur social.

Changements physiques

L'image de soi est affecté par le cancer et les traitements. En raison des nombreux changements physiques et émotionnels qui suivent un diagnostic de cancer, les personnes peuvent ressentir des changements positifs et négatifs dans leur image de soi. Le cancer et son traitement peuvent changer votre apparence. Ce que vous ressentez à propos de votre apparence s'appelle image corporelle. De nombreuses personnes atteintes de cancer sont gênées par les modifications de leur corps. Certains des changements physiques les plus communs du cancer incluent:

  • Chute de cheveux.

  • Prise de poids ou perte de poids.

  • Cicatrices de chirurgie.

  • Eruption cutanée, généralement liée à la pharmacothérapie.

  • Perte d'un organe, d'un membre ou d'un sein.

  • Handicap à la suite d'une reconstruction (sein).

  • La nécessité d'une stomie (c’est une ouverture chirurgicale qui permet aux déchets corporels de sortir du corps dans un sac dissimulé sous les vêtements).

  • Fatigue ou perte d'énergie, ce qui peut vous amener à abandonner des activités qui étaient importante pour vous.

Bon nombre de ces changements disparaîtront ou s'amélioreront avec le temps après le traitement. Mais assurez-vous de partager vos préoccupations avec votre équipe de soins de santé. Demandez-leur plus d'informations sur les moyens de soulager ces symptômes ou le malaise émotionnel que vous pourriez ressentir à cause de ceux-ci.

Changements émotionnels

Le cancer perturbe de nombreux aspects de la vie d’une personne, des relations au travail, en passant par les loisirs. En fonction de la gravité de la maladie et des chances de guérison, cela peut également vous obliger à modifier vos plans concernant votre avenir et à penser au risque de décès. Vous pouvez alors ressentir de nombreuses émotions différentes:

  • de la tristesse à cause de tout ce qui est perdu ou devenu impossible.

  • de l’anxiété face à votre avenir.

  • de la solitude ou le sentiment d'être devenu différent des autres.

  • de la peur, face à la perspective de la mort ou de traitements envahissants.

  • de la colère (pourquoi moi?), le monde médical reporte très souvent la faute sur le patient, mais des personnes menant une vie très saine ont probablement autant de risque de cancer que les autres.

  • de la frustration à cause de la nécessité d’abandonner des projets importants.

  • de la culpabilité (je n’aurai pas dû fumer, ou boire autant).

  • de la perte de contrôle sur votre propre vie.

  • une rupture dans la façon dont vous penser à votre avenir et celui de vos proches.

Mais de nombreuses personnes atteintes de cancer ont également signalé des changements positifs. Ces changements positifs peuvent être émotionnels, spirituels ou intellectuels. Par exemple, vous pouvez ressentir :

  • du plaisir à voir votre corps être capable de surmonter une maladie redoutable.

  • un sentiment de paix, une étape spirituelle s’achève, une autre commence.

  • de la reconnaissance face à tous les moyens qui sont mobilisés pour essayer de vous guérir et aussi face à l’implication de vos proches.

  • la prise de conscience et l’appréciation du fait que la vie est courte et n’est pas anodine.

  • de nouvelles relations importantes avec les soignants et les autres patients.

  • Un changement de priorités.

  • une meilleure précision sur le sens de la vie et les objectifs personnels.

  • une opportunité pour changer d'image de soi.

Conseils pour faire face Vous pouvez vous voir vous-même et votre corps différemment après le cancer. Ces conseils peuvent vous aider à faire face:

  • Prévoyez du temps pour vous ajuster. Accepter un diagnostic de cancer et suivre un traitement peut changer votre vie. Il faut du temps pour s’adapter, alors offrez-vous de la compassion et de la gentillesse.

  • Parlez avec d'autres personnes qui ont vécu des situations similaires. Souvent, avoir des conversations en tête-à-tête ou assister à des groupes de soutien avec des personnes qui se trouvent dans la même situation peut apporter compréhension et espoir.

  • Construisez un réseau d'amis et de famille qui peut vous soutenir et vous aider à vous sentir positif.

  • Demander et accepter de l'aide. Ne faites plus les tâches qui absorbent votre énergie et ne vous plaisent pas. Demandez à des amis de faire du babysitting, engager une aide ménagère ou acheter des repas préparés pour vous permettre de consacrer plus de temps à la guérison.

  • Restez calme et, si vous le pouvez, faites preuve d'humour. Le rire a de nombreux effets positifs sur l’esprit et le corps. Et cela peut vous aider à vous détendre pendant une période inconfortable.

  • Informez votre équipe de soins de vos préoccupations et de vos inquiétudes. Par exemple, si vous craignez de perdre vos cheveux pendant le traitement, vous pouvez envisager de les couper très court ou même de les raser. Prendre le contrôle du processus peut vous aider à vous sentir moins effrayé.

  • Demandez à votre équipe soignante d’éventuelles chirurgies reconstructives, appareils prothétiques et/ou solutions cosmétiques, ou au contraire faites le choix qui vous conviennent même si ce n’est pas habituel (opter pour ne pas faire reconstruire un sein).

  • Autant que possible, restez actif. L'activité physique peut aider les personnes à se sentir plus énergiques et peut également vous aider à vous sentir mieux pendant le traitement. Les activités sociales peuvent également vous aider à vous concentrer sur autre chose que le cancer.

  • Demander des conseils. Un professionnel peut vous aider à gérer et à comprendre les sentiments de confusion et les changements d’apparence physiques.

Cette section est conçue pour aider les personnes atteintes de cancer et leurs familles à mieux faire face au cancer.

Comment faire face aux effets secondaires émotionnels du cancer et de son traitement

  • Effets physiques, émotionnels et sociaux du cancer

Les soins palliatifs et soins de soutien sont axé sur la réduction des symptômes, l'amélioration de la qualité de vie et le soutien aux patients et à leurs familles.

  • Parler avec la famille et les amis

Comment le cancer affecte les êtres chers

  • Prendre soin d'un être cher

Conseils sur la prestation de soins et le diagnostic du cancer chez un proche

  • Entendre la perspective de l'oncologue

Soins palliatifs

- Posted in Français by

Soins palliatifs

Les soins palliatifs désignent des mesures visant à réduire la détresse physique, émotionnelle et spirituelle. Contrairement aux traitements qui visent à guérir -aux prix de divers inconforts qui sont acceptés car transitoires- l’objectif premier des soins palliatifs est d’améliorer la qualité de vie. Il s’agit de prévenir et de soulager les douleurs physiques, les symptômes inconfortables (nausées, constipation, anxiété…) ou encore la cachexie qui atteint plus de la moitié des patients du cancer ou encore la souffrance psychologique. Les soins palliatifs cherchent à limiter les ruptures de prise en charge en veillant à la bonne coordination entre les différents acteurs du soin. Les proches sont aussi accompagnés dans la compréhension de la maladie de leur proche et in fine dans leur cheminement de deuil.

Les soins palliatifs ne sont cependant pas forcément associés à une fin de vie proche. Ainsi, les patients bénéficiant de ces soins peuvent aussi être ceux qui ont l’espérance de vivre encore plusieurs mois ou quelques années avec une qualité de vie acceptable malgré la présence d’une maladie fatale.

La démarche de soins palliatifs peut donc parfois envisager la prise d’un traitement médical ou la réalisation d’un acte chirurgical si ce traitement permet de soulager un symptôme inconfortable. Elle vise aussi à éviter les investigations et certains traitements déraisonnables orientés sur une survie à tout prix, même dans des conditions extrêmement inconfortables. Ce qui prime avant tout dans la démarche de soins palliatifs, est l ‘amélioration du confort et de la qualité de vie, et la démarche est personnalisée par un dialogue avec le patient.

Historique des soins palliatifs en France

L’introduction des soins palliatifs en France a été plus tardive qu’en Grande-Bretagne et aux États-Unis, d’où est parti le « hospice movement » après la Seconde Guerre mondiale, avec Cicely Sanders, pionnère des soins palliatifs.

Elle a été officiellement reconnue par la circulaire Laroque de 1986 « relative à l’organisation et à l’accompagnement des malades en phase terminale ». Depuis 1991, « ces soins font partie des missions de l’hôpital et leur accès est présenté comme un droit des malades » (Comité consultatif national d’éthique, avis no 63 12). La circulaire de 2002 édicte les modalités d’organisation des soins palliatifs, souligne l’accès inégal de ceux-ci sur le territoire national. Les objectifs législatifs sont :

  • Le respect du choix du malade sur les conditions et le lieu de leur fin de vie ;
  • L’adaptation et la diversification de l’offre territoriale et l’articulation entre les différents dispositifs, structures et instances concernées ;
  • La promotion du bénévolat et des soins de support.

Soins palliatifs et pédiatrie

La mise en place de soins palliatifs en service de pédiatrie est apparue dans les services d’oncologie pédiatrique au cours des années 1980-1990 avec le développement de la discipline de psycho-oncologie pédiatrique, puis s’est développée dans d’autres spécialités. Les moyens employés par les médecins pour procurer des soins de fin de vie incluent la sédation profonde et continue. Comme toute démarche de soins palliatifs, elle repose sur un accompagnement pluridisciplinaire qui :

  • Accorde une grande place à l’écoute de la souffrance des parents face à la maladie de leur enfant à naître ou à celle de leur nouveau-né ;

  • Assure un suivi médical rapproché de la maman et du bébé pendant tout le temps de la grossesse ;

  • En accord avec les parents, le pédiatre définit les soins que pourra recevoir le bébé : soins de confort et soins proportionnés qui excluent tout acharnement thérapeutique et qui contribuent au bien-être du bébé ;

  • Privilégie la présence des parents auprès du bébé et de la fratrie pendant tout le temps de vie de l’enfant malade. Et si l’état du bébé le permet, son retour au domicile familial peut être envisagé en liaison avec le médecin traitant de la famille et en collaboration avec un réseau de soins palliatifs à domicile.

Vous pouvez discuter de ce thème dans notre forum dédié

Foire aux questions



Please tell us your comment!

Write a comment:

Name
Comment
Please, to help us continue to provide valuable information: