Apabétalone atténue les troubles cognitifs en ciblant l’inflammation du système vasculaire.

- Posted in Français by

Pour être efficace contre la maladie d'Alzheimer, il semble évident qu'un médicament doit pouvoir exercer un effet sur le cerveau. Mais selon les résultats présentés lors de la 12e conférence des essais cliniques sur la maladie d'Alzheimer, qui s'est tenue du 4 au 7 décembre à San Diego, en Californie, une thérapie pourrait également influencer le cerveau sans jamais pénétrer la barrière hémato-encéphalique.

L'apabétalone est une petite molécule administrée par voie orale, qui a été créée par Resverlogix Corp. Des chercheurs ont rapporté lors de la 12e conférence des essais cliniques sur la maladie d'Alzheimer que l'apabétalone semblait ralentir le déclin cognitif, mais seulement chez les personnes les plus atteintes et après une année d'administration.

L'apabétalone bloque essentiellement l'association entre BET et les lysines acétylées, écrasant la transcription de centaines de gènes. Auparavant, les chercheurs avaient rapporté que les protéines BET stimulaient l'expression d'une myriade de gènes impliqués dans l'inflammation, le métabolisme lipidique et la fonction vasculaire, faisant de l'apabétalone un traitement candidat pour les maladies cardiovasculaires et autres maladies chroniques du vieillissement.

De nombreux gènes ciblés par l'apabétalone se trouvent en aval du facteur de nécrose tumorale α (TNFα), un maître régulateur de l'inflammation. Les résultats présentés par Ewelina Kulikowski de Resverlogix, suggèrent que l'apabétalone pourrait atténuer les réponses inflammatoires provoquées par le TNFα, apaiser l'inflammation vasculaire - et peut-être même limiter l'activation chronique des cellules gliales de l'autre côté de la barrière hémato-encéphalique.

L'essai multicentrique de phase III BETonMACE était conçu pour déterminer si l'apabétalone en association avec des statines pouvait diminuer les événements cardiaques par rapport au traitement avec des statines seules.

Les participants à l'essai avaient un diabète de type 2, un syndrome coronarien aigu et de faibles niveaux de lipoprotéines de haute densité (HDL). L'essai s'est poursuivi jusqu'à 250 événements cardiovasculaires. Bien que le médicament ait eu tendance à réduire les événements cardiovasculaires, l'effet n'a pas atteint la signification statistique.

Sur les 2425 personnes inscrites à l'essai, 469 personnes de plus de 70 ans ont participé à une sous-étude cognitive, le Montreal Cognitive Assessment (MoCA). Alors que les scores MoCA ont légèrement diminué ou sont restés stables dans les groupes sous traitement et sous placebo parmi les participants des deux groupes à MoCA élevé, au contraire ceux dont les scores MoCA étaient les plus bas ont semblé bénéficier du traitement.

Parmi les 97 participants de ce sous-groupe, ceux prenant de l'apabétalone se sont améliorés en moyenne de trois points sur le test entre la ligne de base et 27 mois, tandis que ceux sous placebo, curieusement, se sont améliorés de 1 point. Les chercheurs pensent que le médicament atténue les troubles cognitifs en ciblant l'inflammation du système vasculaire.

L'idée qu'un endothélium vasculaire enflammé - en particulier dans les vaisseaux qui composent la barrière hémato-encéphalique - pourrait endommager la santé du cerveau et diminuer les capacités cognitives, confirme les résultats d'études précédentes.

Please, to help us continue to provide valuable information: