La FDA autorise de nouveaux médicaments contre le cancer de la vessie, des poumons et du rein.

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé l'imonothérapeutique atezolizumab (Tecentriq) pour le traitement de certains patients atteints d'un cancer du poumon à petites cellules (CPPC). Le 12 avril 2019, elle a approuvé un nouveau traitement thérapeutique à base de molécules, l'erdafitinib (Balversa), destiné au traitement de certains patients atteints d'un cancer de la vessie. Puis, le 19 avril 2019, elle a approuvé le pembrolizumab (Keytruda), destiné au traitement de certains patients atteints d'un cancer du rein.

Combinaison d'un immunothérapeutique avec une chimiothérapie pour le cancer du poumon à petites cellules

Le CPPC/SCLC représente environ 15% des cancers du poumon diagnostiqués aux États-Unis, selon le National Cancer Institute (NCI). Cela se traduit par environ 34 000 nouveaux cas de la maladie chaque année. Malheureusement, la maladie est le plus souvent diagnostiquée chez la plupart des patients (70%) seulement quand elle est à un stade avancé.

enter image description here Image via Wikimedia.

Au cours des deux dernières décennies, peu de progrès ont été réalisés par rapport au CPPC à stade avancé. Les résultats chez les patients diagnostiqués avec un CPPC à un stade avancé sont médiocres. Même avec un traitement, la survie médiane n’est que de six à 12 mois.

Le traitement standard des CPPC à un stade avancé comprend une chimiothérapie d'association, généralement une combinaison de deux agents d'un agent chimiothérapeutique à base de platine, soit du cisplatine ou du carboplatine, et de l'étoposide. La nouvelle approbation ajoute l’atezolizumab à une chimiothérapie associant carboplatine et étoposide pour le traitement initial des adultes atteints d’un CPPC à un stade avancé.

L’atezolizumab agit en libérant un frein appelé PD-1 sur les cellules immunitaires naturelles luttant contre le cancer, appelées cellules T. Il empêche une protéine appelée PD-L1 de s’engager dans le frein PD-1, permettant ainsi aux cellules T de détruire les cellules cancéreuses. L'ajout de l'atezolizumab à une chimiothérapie d'association standard pour les CPPC à un stade avancé a été justifié par le fait que la maladie se caractérise par un taux de mutation élevé. Les cancers avec des taux de mutation élevés déclenchent généralement des cellules T anticancéreuses et peuvent réagir aux immunothérapeutiques libérant des freins à cellules T.

La nouvelle approbation de l’atezolizumab repose sur les résultats de l’essai clinique de phase III randomisé IMPower133. Les résultats, publiés l'année dernière dans le New England Journal of Medicine, ont montré que parmi les 201 patients atteints de CPPC à un stade extensif et n'ayant jamais été traités, et traités avec atezolizumab, carboplatine et étoposide, la survie globale médiane était de 12,3 mois. La survie globale médiane était significativement inférieure, 10,3 mois, parmi les 202 patients qui ont reçu un placebo, le carboplatine et l'étoposide.

Avant cette approbation pour le CPPC à un stade avancé, atezolizumab était approuvé pour le traitement de certains patients atteints d'un cancer du sein triple négatif en mars 2019, pour le traitement de certains patients atteints d'un cancer de la vessie en mai 2016 et pour le traitement de certains patients atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules Octobre 2016.

Un nouveau traitement moléculaire ciblé du cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est le sixième cancer le plus fréquemment diagnostiqué aux États-Unis, selon le NCI. Plus de 90% des 80 470 nouveaux cas de cancer de la vessie qui devraient être diagnostiqués aux États-Unis en 2019 seront classés dans les carcinomes urothéliaux car ils surviendront dans les cellules constituant l'urothélium à cellules de transition qui tapisse la vessie.

enter image description here Image via Wikimedia.

La recherche, y compris un article publié dans la revue de l'AACR, Clinical Cancer Research, a montré que jusqu'à 30% des carcinomes urothéliaux présentaient une altération de l'un des quatre gènes FGFR, les altérations les plus courantes étant des mutations du gène FGFR3. Ces données suggèrent que le ciblage des FGFR pourrait constituer une nouvelle approche du traitement du carcinome urothélial.

Erdafitinib est le premier agent thérapeutique ciblé sur le FGFR approuvé par la FDA pour le traitement de certains patients atteints de carcinome urothélial. Il est destiné aux patients atteints d'un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique qui présente un test positif pour des altérations génétiques spécifiques de FGFR2 ou FGFR3 et qui a progressé pendant ou après le traitement par une chimiothérapie à base de platine.

L’approbation de l’erdafitinib était fondée sur les résultats de l’essai clinique de phase II de l’étude BLC2001, selon la FDA. Les résultats ont montré que 32,2% des 87 patients ayant reçu de l'erdafitinib présentaient un retrait de la tumeur complet ou partiel. La durée médiane de ces réponses était de 5,4 mois.

Les altérations génétiques du FGFR détectées dans les tumeurs des patients inclus dans l'essai étaient des mutations du FGFR3 ou des fusions de gènes impliquant le FGFR2 ou le FGFR3, selon Janssen Pharmaceutical Companies, la société qui commercialise l'erdafitinib. La FDA a approuvé un nouveau test pour détecter ces altérations et d'autres altérations génétiques spécifiques du FGFR en même temps qu'elle approuvait l'erdafitinib. Le nouveau test, appelé kit therascreen FGFR RGQ RT-PCR, est nécessaire pour identifier les patients atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique pour lesquels l’erdafitinib est une option de traitement appropriée.

Combinaison d'un traitement immunothérapeutique et d'un traitement moléculaire ciblé contre le cancer du rein

Le NCI estime que 73 820 nouveaux cas de cancer du rein seront diagnostiqués aux États-Unis en 2019. Environ 85% de ces cas seront classés dans la catégorie des carcinomes à cellules rénales.

De nombreux patients chez lesquels un carcinome à cellules rénales métastatique a récemment été diagnostiqué sont d'abord traités avec l'un des nombreux agents thérapeutiques approuvés par la FDA qui ciblent un certain nombre de kinases, notamment le VEGF; Le sunitinib (Sutent) est l’un des médicaments les plus couramment utilisés. L’axitinib (Inlyta) est une autre de ces thérapies.

La FDA a maintenant approuvé un nouveau traitement initial du carcinome rénal avancé: une association d'axitinib et du pembrolizumab immunothérapeutique, qui libère le frein PD-1 sur les cellules T de lutte contre le cancer. L'approbation était basée sur les résultats de l'essai clinique randomisé de phase III KEYNOTE-426, récemment publiés dans le New England Journal of Medicine. En résumé, les patients randomisés dans l'association ont significativement amélioré leur taux de survie globale par rapport aux patients randomisés sous sunitinib. Après un suivi médian de 12,8 mois, le taux de survie estimé à 12 mois était de 89,9% pour le groupe recevant l'association axitinib-pembrolizumab, contre 78,3% pour le groupe recevant le sunitinib, ce qui se traduirait par un risque de décès réduit de 47%. De plus, la survie sans progression médiane était significativement plus longue chez les patients randomisés avec l'association que chez ceux randomisés avec le sunitinib; il était de 15,1 mois pour le groupe traité versus 11,1 mois pour le groupe sunitinib.

Google et le cancer du poumon

- Posted in Français by

Détecter automatiquement les cancers du poumon

Parmi les cancers, le cancer du poumon est l’un des plus meurtriers. Le détecter est un challenge pour les radiologues. Certains nodules semblent menaçants mais se révèlent être de faux positifs. Les faux positifs entraînent des coûts en examens ultérieurs et aussi sont une source d’inconfort voire de détresse morale pour les patients. En effet les faux positifs conduisent les patients à subir des biopsies invasives et d’autres procédures. Les avantages globaux du dépistage systématique ne semblent pas évident. Dans le même temps, d’autres nodules échappent complètement à l’examen et se développent, quasiment sans symptômes, jusqu’au stade métastatique. Nombre de cancers du poumon (50 %) sont ainsi détectés seulement alors qu’ils sont déjà au stade IV.

Google vient de dévoiler un système d’intelligence artificielle qui, lors de tests préliminaires, démontre un talent remarquable pour détecter les cancers du poumon.

Une détection de cancer du poumon

Une étude publiée dans Nature Medicine a montré qu’un système, rivalisait voire surpassait en qualité avec le travail de six radiologues pour déterminer si les patients avaient un cancer. Il a détecté 5% de cancers de plus que les radiologues et diminue le nombre de faux positifs de 11%. Les résultats sont comparables à ceux des radiologues lorsque des images antérieures de patients sont incluses dans l’évaluation. Ce système d’apprentissage automatique a été entraîné sur 42 000 tomodensitogrammes de patients pris lors d’un essai clinique des National Institutes of Health.

Les résultats soulignent le potentiel de l’IA pour améliorer le dépistage du cancer du poumon et aider les radiologues à diagnostiquer les tumeurs malignes plus tôt et avec plus de précision, bien que cela ne garantit pas que cela aiderait les patients à vivre plus longtemps.

"Ces chercheurs disposent d’une technologie qui améliorera énormément la précision du dépistage", a déclaré le Dr Otis Brawley, professeur d’oncologie et d’épidémiologie à la Johns Hopkins University et ancien vice-président exécutif de l’American Cancer Society. Il est généralement sceptique quant au dépistage du cancer du poumon, mais souligne que les performances de Google en matière de réduction des faux positifs constituent un progrès significatif.

«Cela va éviter d’autres problèmes aux personnes qui se font dépister», a déclaré Brawley, ajoutant que la performance élevée du système à cet égard ne signifie pas nécessairement qu’il sauvera davantage de vies du cancer du poumon.

Le système de Google nécessitera des tests plus rigoureux, probablement un essai contrôlé randomisé, avant de pouvoir être mis en pratique sur le plan médical. L’étude étant limitée aux patients déjà traités, il est donc impossible de dire si le système, lorsqu’il est utilisé sur de nouveaux patients, entraînera des soins plus efficaces et de meilleurs résultats.

Les dirigeants de Google ont reconnu ce fait dans l’étude et ils travaillent avec des partenaires cliniques pour affiner et valider le système. «Pour évaluer pleinement cette situation, vous devez travailler avec des organisations de recherche et mener des essais à grande échelle pour comprendre comment cette technologie fonctionnera à grande échelle et sur de larges populations», a déclaré Daniel Tse, chef de produit Google. Il a ajouté que la société avait eu des discussions préalables à la soumission avec la Food and Drug Administration pour discuter des critères d’approbation.

Les ingénieurs de Google qui ont mis au point le système d’intelligence artificielle ont souligné qu’il n’était pas conçu pour remplacer les radiologues, mais pour améliorer leur capacité à détecter les nodules et à déterminer s’ils étaient dangereux. Les systèmes assistés par ordinateur existants séparent la détection et le diagnostic de nodules en différentes tâches. Le système de Google remplit ces deux fonctions, en ciblant les régions d’intérêt dans un scan et en fournissant un score de risque indiquant si les nodules d’un patient sont cancéreux.

Le système utilise des réseaux de neurones convolutifs, un type d’architecture d’intelligence artificielle, pour comprendre les caractéristiques de la malignité et indiquer les zones problématiques en analysant des tomodensitogrammes en trois dimensions. Cette tâche est difficile et prend beaucoup de temps pour les radiologues, car ils ne peuvent pas examiner les balayages tridimensionnels comme un ordinateur. Ils doivent examiner des centaines de tranches individuelles de l’analyse pour se former une opinion. Mais le système proposé peut balayer toutes les dimensions très rapidement.

Les auteurs ont indiqué que les performances du système restaient cohérentes lorsqu’il était exposé à des patients extérieurs au jeu de données NIH sur lequel il avait été formé. Le système a examiné les analyses de 1 700 patients du Northwestern Memorial HealthCare à Chicago et a produit des résultats similaires en classant les nodules et en établissant des diagnostics.

Selon les experts, le logiciel Google pourrait être particulièrement utile pour les radiologues généraux dans les hôpitaux. La plupart d’entre eux n’ont pas l’expertise des radiologues thoraciques spécialisés dans les troubles pulmonaires et ceux-ci travaillent essentiellement dans les grands centres médicaux universitaires, ce qui les rend peu accessibles pour le monde rural.

Please, to help us continue to provide valuable information: