Calcifediol comme biomarqueur de la progression de la SLA

- Posted in Français by

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative fatale caractérisée par une dégénérescence progressive des motoneurones supérieur et inférieur. Le pronostic est très variable, allant de quelques mois à plus de 30 ans. Les taux sanguins de vitamine D 25OH (Calcifediol) ont été associés à un pronostic aggravé de la SLA, mais ces résultats restent controversés. En médecine, le test sanguin de 25-hydroxy vitamine D (calcifediol) est utilisé pour déterminer la quantité de vitamine D présente dans le corps. La concentration sanguine de calcifediol est considérée comme le meilleur indicateur du statut en vitamine D. Les patients atteints d'ostéoporose, d'insuffisance rénale chronique, de malabsorption, d'obésité et de certaines autres infections peuvent présenter un risque élevé.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fneur.2020.00363/full

Des scientifiques de Montpellier, en France, ont abordé cette question scientifique au moyen d'une étude sur l'influence des facteurs pronostiques cliniques connus de la maladie dont le niveau de calcifediol.

Cette cohorte prospective de patients SLA a contacté 127 patients, et 105 d'entre eux répondaient aux critères d'inclusion. Tous les patients SLA ont été inclus suivis trimestriellement au centre SLA de Montpellier, selon les recommandations nationales françaises. L'âge moyen d'apparition des symptomes était de 62 ans, 32% des sujets avaient une SLA de type bulbaire. Les données de 22 patients ont été exclus de l'étude.

Alors que la plage normale de calcifediol est de 30,0 à 74,0 ng / mL, le niveau moyen de calcifediol dans la cohorte de patients SLA était de 26,8 et était similaire entre hommes et femmes. Le score de gravité de la SLA à l'inclusion dans l'étude était plus élevé chez les patients bulbaires.

Les patients avec les niveaux de vitamine D les plus bas avaient reçu un pronostic de sclérose latérale amyotrophique aigüe. Lorsque les patients eurent été classé en trois groupes en fonction du niveau de calcifediol (<15,> 15 et <30, et> 30 ng / ml), l'âge, la capacité vitale lente (SVC) et la perte de poids au début de l'étude n'étaient pas significativement différents entre ces trois groupes. Les patients avec des niveaux de Calcifediol <15 ng / ml avaient un score de gravité de la SLA significativement plus élevé à l'inclusion dans l'étude que les autres patients.

Le score de gravité de la SLA à la fin du suivi n'a pas été trouvé corrélé aux niveaux initiaux de calcifediol, mais il était corrélé avec les niveaux de Calcifediol à la fin du suivi, la durée de la SLA à l'inclusion, la capacité vitale lente (SVC) à l'inclusion et la perte de SVC.

Certaines limites doivent cependant être soulignées. Les scientifiques n'ont pas observé ici une influence des niveaux de calcifediol sur la survie. Une raison potentielle de cette différence pourrait être les changements récents dans la pratique médicale. Dans les travaux antérieurs des chercheurs, près de 30% des patients SLA présentaient une carence grave en vitamine D, par exemple inférieure à 15 ng / ml. Dans la présente étude, seuls 19 patients sur 105 (18%) avaient des niveaux de Calcifediol aussi bas.

Les médecins semnlent désormais davantage conscients de l'importance de la supplémentation en vitamine D, ce qui peut expliquer la proportion plus faible de patients gravement déficients.

Un point important serait de savoir si les patients avec une supplémentation en vitamine D ont un pronostic meilleur ou pire.

Une autre limite du travail actuel est la faible taille de l'échantillon de la population.

Une autre limite potentielle à cette étude, est que plusieurs facteurs, liés à la vie quotidienne, peuvent influencer les concentrations sanguines, telles que la prise de nourriture ou l'exposition au soleil. À mesure que la maladie progresse, les patients limitent leurs activités de plein air et peuvent donc avoir des niveaux de Calcifediol plus bas.

Même si les niveaux de Calcifediol sont associés au score de gravité de la SLA à la fin de l'étude, dans cette cohorte, il n'y a pas d'arguments solides, à ce jour, pour proposer une supplémentation systématique en vitamine D aux patients atteints de la SLA.

Publicité


Ce livre retrace les principales réalisations de la recherche sur la SLA au cours des 30 dernières années. Il présente les médicaments en cours d’essai clinique ainsi que les recherches en cours sur les futurs traitements susceptibles d’ici quelques années, d’arrêter la maladie et de fournir un traitement complet en une décennie ou deux.

Please, to help us continue to provide valuable information: